Leader en France sur la digitalisation destinée aux agences d’intérim et acteurs du travail flexible, PIXID intègre le sourcing à ses activités. Une réponse à une demande forte du marché qui peine à pourvoir certaines missions.

Focus avec le président de PIXID, Etienne Colella.

 

 

Pourquoi étendre votre activité au sourcing, alors que vous diversifiez déjà vos solutions en continu ?

Nous nous sommes imposés comme leader de la gestion du travail flexible en France : 30 % du marché de l’intérim, via 8 000 agences, sont gérés sur notre plateforme. Nous n'avons pas cessé d'évoluer – signature électronique des contrats de mission, bulletin de salaire dématérialisé, gestion des CDD, etc. - mais notre constat est clair : 25 % des missions d'intérim ne sont pas pourvues. Il faut le solutionner !

L'adéquation entre demande et offre est très imparfaite et les acteurs n'ont pas d'outil efficace sur le segment du travail flexible, c'est là notre valeur ajoutée. En intégrant le sourcing, nous intervenons de façon fluide sans rupture dans le processus : expression du besoin de recrutement, matching besoin / candidats et enfin contractualisation.
 

Pourquoi s'être appuyé sur de la croissance externe à l'étranger pour monter en compétence ?

Nous appuyons notre déploiement en Europe sur des équipes locales. Elles complètent les activités PIXID sur le sourcing et connaissent aussi les spécificités de leur terrain. Nous faisons d'une pierre deux coups, sans temps d'adaptation !

Nous avons trouvé, autant en Angleterre (Amris) qu'aux Pays-Bas (Carerix), des outils de suivi de candidats très sophistiqués – ATS – et un véritable savoir-faire pour nous renforcer.
 

De quelle façon l'expérience-client unifiée que vous annoncez va t'elle se traduire pour vos clients ?

Nous allons proposer une offre digitale complètement intégrée : de la recherche et du matching du candidat jusqu’à la contractualisation.

L’ensemble de la chaîne sera accessible sur smartphone, moyen le plus court entre le recruteur et le candidat et qui répond à l'exigence de réactivité. Les candidats signent déjà leurs contrats sur la plateforme. Demain, nous irons beaucoup plus loin : il faut à la fois trouver la bonne qualification, disponible très vite, mais aussi répondre à des demandes massives en un temps réduit ! Les outils de matching doivent encore évoluer et là aussi nous investissons, avec le rachat de Job Minute cet été.
 

Quels sont les secteurs où le recours au sourcing va changer la donne ?

Que ce soit en CDD ou via l'intérim, certains secteurs ont de réels besoins de candidats trop souvent non satisfaits : prenez l'hôtellerie-restauration ou certains géants du e-commerce et du retail lors des pics d’activité.

L'idée est de pouvoir « industrialiser » un process de sourcing candidats qui reste laborieux, pour satisfaire des besoins à chaque fois unique.
 

Quelles sont les insights nécessaires pour optimiser vos offres ?

Notre allons favoriser la structuration de viviers de candidats qualifiés afin de disposer de flux naturels, à même de pouvoir répondre aux besoins émis. Plus les contacts seront fluides avec les candidats et les informations structurées – y compris sur la visibilité des disponibilités – plus nos apports seront stratégiques.

Notre solution globale restera suffisamment ouverte pour y connecter un maximum de canaux d'acquisition de trafic et intégrer des outils de multiposting vers les job boards (sites d'offres d'emploi) sans déperdition. Une vraie innovation pour le marché !
 

______

Investir sur le matching !

Le rapprochement besoins de recrutements et candidats - le « matching » - est un enjeux clé du sourcing sur le travail flexible. PIXID a fait le choix d’investir dans ce domaine avec l’acquisition de Job Minute. L’ambition de cette application : faire « matcher » des propositions de jobs avec les bons profils. Une nouvelle expertise pour enrichir la solution sourcing du géant français.

______

Article à retrouver dans l'Express