Pixid couvre désormais 20 % du marché

 

Pixid, la plateforme d’échanges dématérialisés de documents administratifs pour le travail temporaire, a "rempli tous les objectifs assignés par les trois groupes fondateurs Adecco, Manpower et Randstad", affirme Étienne Colella, son Président, dix ans après le lancement de la plateforme. "Notre hub accessible en ligne permet à tous les acteurs des métiers du travail temporaire, petits ou grands, de gérer leurs échanges de façon dématérialisée avec leurs propres clients." L’opérateur couvre désormais 20 % du marché de l’intérim traité via sa plateforme en 2015 et l’entreprise est rentable depuis 2012. Elle souhaite désormais adresser, via ses ETT clientes, les salariés intérimaires en leur permettant de signer et d’archiver électroniquement leurs contrats de mission.

 

AEF : Dix ans après sa création, où en est Pixid, la plateforme de gestion
dématérialisée lancée par les grands opérateurs du travail temporaire ?

 

Étienne Colella : Après dix années d’existence, nous couvrons aujourd’hui 20 % du marché de l’intérim, avec 3 millions de contrats de travail temporaires gérés dans l’année sur Pixid. Le marché global est évalué en France à 15 millions de contrats par an. 350 entreprises de travail temporaire sont aujourd’hui connectées à Pixid, soit un réseau de 8 000 agences. Autre indicateur : 98 des 100 premiers acteurs du marché sont des utilisateurs de nos outils. Par ailleurs, Pixid est profitable depuis 2012, avec un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros en 2014 et 10 millions d’euros attendus pour 2015, pour une équipe de 50 collaborateurs.Globalement, nous avons rempli tous les objectifs assignés par les trois groupes fondateurs : Adecco, Manpower et Randstad, c’est-à-dire créer un hub accessible en ligne permettant à tous les acteurs des métiers du travail  temporaire, petits ou grands, de gérer leurs échanges de façon dématérialisée avec leurs propres clients. Nous avons d’abord adressé les clients grands comptes, importants utilisateurs de l’intérim, et depuis 2012 nous avons mis en place un portail pour les PME clientes de l’intérim. Nous comptons aujourd’hui 700 PME utilisatrices, soit un niveau supérieur à nos anticipations.

AEF : Offrez-vous également des services aux intérimaires, en leur proposant par
exemple la dématérialisation de leurs contrats de travail temporaires ?

 

Étienne Colella : C’est précisément l’étape que nous vivons actuellement avec le lancement, depuis l’été 2014, d’une offre de services destinée aux salariés intérimaires, comme la signature électronique et le stockage de leurs contrats de mission. Après une expérimentation de quelques mois, nous déployons aujourd’hui ces fonctionnalités en production. Toutefois, comme toujours chez Pixid, c’est notre client direct, l’agence de travail temporaire, qui décide de proposer le service à ces salariés temporaires. Nous constatons cependant, du côté des agences comme de celui des intérimaires, une réelle volonté de supprimer le papier. C’est une conséquence directe de la montée en puissance du digital dans nos vies personnelles et elle illustre le changement que nous constatons par rapport au lancement de Pixid. Nous n’avons plus à convaincre les entreprises de l’intérêt de la digitalisation. La dématérialisation et l’utilisation d’outils en mode Saas sont devenues des sujets porteurs. Les ETT sont elles-mêmes devenues force de proposition vis-à-vis de leurs intérimaires pour l’utilisation de nos outils. Désormais nous sommes capables de gérer l’ensemble de la relation tripartite : ETT, entreprise utilisatrice et salarié intérimaire. Nous prévoyons de toucher directement 10 % des salariés intérimaires d’ici trois ans.

AEF : Dans votre démarche de fourniture d’outils de dématérialisation,
prévoyez-vous d’offrir des solutions pour gérer le compte pénibilité ou les DSN ?

 

Étienne Colella : Sur la pénibilité, nous avons interrogé les ETT utilisatrices de Pixid, au cours de l’été 2014, pour tester leurs attentes sur ce point. Nous avons été surpris de constater qu’elles ne manifestaient pas de besoins pour la gestion du suivi de l’exposition à la pénibilité de leurs équipes. Nous n’avons donc pas développé de solution à ce jour pour gérer le compte pénibilité des intérimaires. Il est vrai qu’à la date de notre enquête, les décrets sur la pénibilité n’étaient pas encore parus. La situation est identique pour la gestion de la DSN, nous n’avons eu aucune manifestation d’intérêt sur le sujet à ce jour. Tout ceci donne l’impression que les entreprises ont d’autres sujets à gérer pour l’heure. En revanche nous avons proposé à nos clients, grands comptes dans un premier temps, des modules de reporting analytique qui permettent d’aller très loin dans la connaissance en profondeur du recours à l’intérim : quel recours, à quelles périodes, pour quelles compétences ? Ces outils proposés sur abonnement, dans le cadre d’un partenariat avec l’éditeur Pentaho intéressent beaucoup, en particulier les grandes entreprises multisites.

 

Avec l’aimable autorisation d’AEF, www.aef.info