La cartographie du secteur de l’intérim en France : qui sont les acteurs du travail temporaire ?

Le monde de l’intérim fonctionne autour de trois acteurs principaux : entreprises de travail temporaire (ETT), entreprises utilisatrices (EU) et intérimaires. Les entreprises faisant appel à des intérimaires relèvent de nombreux secteurs d’activité et plus de 27 branches professionnelles sont ainsi répertoriées. Mais connaissez-vous vraiment tous les acteurs du travail temporaire ?

Antoine Poiron

Directeur Offres Sourcing et Partenariats

Les acteurs du travail temporaire agissent dans un marché atypique, dominé par trois multinationales, suivies par un grand nombre d’entreprises diversifiées (des réseaux de franchise régionaux aux groupes familiaux). La révolution technologique fait bouger ce marché depuis 5 ans et de nouveaux acteurs bousculent les traditionnelles agences d’intérim. 

On retrouve des acteurs sociaux, des acteurs technologiques classiques et de nouveaux acteurs digitaux. Ces derniers entraînent dans leur sillage la transformation de l’ensemble du secteur de l’intérim.

Chiffres et constats du marché de l’intérim en France

Le marché de l’intérim français représente un chiffre d’affaires de plus de 30 milliards d’euros en 2017, soit 10 % du chiffre d’affaires de l’ensemble des services aux entreprises (source : INSEE, étude « L’intérim, un secteur très spécialisé où le poids des multinationales étrangères est élevé », octobre 2019). Il se répartit entre 2 000 ETT (et près de 12 000 agences) et près de 780 000 ETP (Equivalent Temps Plein) (source : Prism’emploi, rapport économique et social, 1er semestre 2020). Cela représente 21 millions d’opportunités professionnelles proposées sur un an.

Evolution des entreprises de travail temporaire

Le marché de l’intérim est en mouvement. Les 3 acteurs principaux ADECCO, MANPOWER et RANDSTAD représentaient encore plus de la moitié du marché il y a 10 ans même si leur poids diminue lentement mais sûrement. Le marché tend ainsi à s’équilibrer ces dernières années.

Derrière ces 3 grands groupes, se positionne une dizaine d’autres acteurs du travail temporaire qui ont connu une forte croissance sur cette période notamment grâce à différentes acquisitions. Parmi elles figurent CRIT, SYNERGIE, PROMAN, etc.

(source DARES / PRISM’ EMPLOI)

Au sein des outsiders, les ETT n’ont pas toutes la même stratégie : stratégie de rentabilité, stratégie de conquête, spécialisation dans un secteur d’activité, développement de services innovants, offres positionnées pour les entreprises utilisatrices ou pour les intérimaires.

(source DARES / PRISM’ EMPLOI)

Répartition des effectifs intérimaires par secteur d’activité

Les entreprises utilisatrices concernent principalement l’industrie (43,7 % de l’activité du secteur), le BTP (19,3 %) et les services (19,3 %). Toutefois, depuis une vingtaine d’années, la part de l’industrie diminue. Ainsi elle a perdu 13 points pendant que les services en gagnent 11.

(source DARES / PRISM’ EMPLOI)

Répartition des effectifs intérimaires par qualification

En parallèle, une évolution similaire se produit auprès des profils d’intérimaires.

Ainsi, même si plus des trois quarts de intérimaires sont des ouvriers (40,7 % d’ouvriers qualifiés et 36,6 % d’ouvriers non qualifiés), les « cols blancs » (employés, cadres et professions intermédiaires) comptent désormais pour 27 % des effectifs (source : baromètre de l’intérim, octobre 2020, Prism’Emploi).

(source DARES / PRISM’ EMPLOI)

Les acteurs sociaux autour de l’intérim

Le secteur de l’intérim est structuré autour d’acteurs utiles qui souffrent parfois d’un manque de notoriété auprès du grand public et des intérimaires. Ces acteurs œuvrent au quotidien pour améliorer la vie et les perspectives des intérimaires, tout autant que la reconnaissance d’un secteur d’activité souvent décrit comme précaire.  

Prism’emploi

Prism’emploi est l’organisme professionnel des entreprises du recrutement et de l’intérim. Il regroupe plus de 600 entreprises du secteur, qui représentent 10 000 agences d’emploi, sur toute la France. Interlocuteur privilégié auprès des pouvoirs publics, Prism’emploi contribue depuis plus de trente ans à développer un statut protecteur de l’intérimaire et participe à penser le monde du travail de demain. Ainsi, en 2017, à Paris, Prism’emploi a organisé la World Employment Conférence, célèbre conférence à dimension internationale, avec pour thème principal « Les dynamiques du marché à l’ère digitale ».

Akto

Akto est un organisme de formation professionnelle paritaire, anciennement connu sous le nom FAF.TT. Cet opérateur de compétences (OPCO) couvre 27 branches d’activité. En 2018, il a permis de former plus de 750 000 salariés et d’accompagner 130 000 alternants.

Fastt

Le Fastt (Fonds d’Action Sociale du Travail Temporaire) est une association à but non lucratif qui intervient « pour lever les freins à l’emploi et à la formation et donner ainsi, une meilleure maîtrise du devenir personnel et professionnel. » Créé en 2012, le Fastt, organisme paritaire, est financé par un accord de branche et géré par les partenaires sociaux. En 2019, son budget de 33 millions d’euros a permis de délivrer 151 000 prestations aux intérimaires.

Intérimaires Santé

Intérimaires Santé est la mutuelle dédiée aux intérimaires. Depuis le 1er janvier 2016, toutes les entreprises relevant de la branche de l’intérim ont adhéré à cette complémentaire santé. Ainsi, elles répondent à l’obligation de financer à 50 % la couverture santé complémentaire de leurs salariés. Un intérimaire sera automatiquement affilié à cette mutuelle dès 414 heures travaillées sur un an. 

Ces acteurs institutionnels et méconnus sont importants pour faire avancer le marché de l’intérim, dans la réglementation applicable autant que dans le quotidien des intérimaires.

Ils sont donc importants et accompagnent les grands changements du secteur du travail temporaire, comme a pu l’être par exemple la création du CDI Intérimaire en 2013. Les outils au service des entreprises de travail temporaire évoluent eux aussi et suivent la transformation digitale du marché du travail.

gerer-bleu

Notre solution gestion de l’intérim :

Gagnez en productivité et limitez les risques juridiques avec PIXID, solution n°1 en Europe.
gerer-bleu

Notre solution gestion de l’intérim :

Gagnez en productivité et limitez les risques juridiques avec PIXID, solution n°1 en Europe.

Les acteurs technologiques traditionnels de l’intérim en France

Le secteur de l’intérim, à l’instar du secteur RH, a mis du temps à se lancer dans la transformation digitale. Les contrats papier, les commandes par fax, les relevés d’heures papier constituaient le mode de fonctionnement habituel il y a peu de temps encore.

Les acteurs de l’intérim utilisent malgré tout des logiciels pour gérer leur activité comme des outils de back office (gestion des contrats, paie, fournisseurs, coffre-fort, etc.). Peu d’outils digitaux étaient dédiés au secteur de l’intérim.

L’agilité digitale propre aux start-ups et aux entreprises de taille plus modeste n’était pas de mise auprès des énormes structures d’intérim.

Ainsi, le marché des éditeurs traditionnels se partage entre :

Des ERP (Enterprise Resource Planning)

Ces logiciels de gestion sont présents dans l’entreprise depuis 50 ans pour gérer tout type de flux (financier, logistique, produit) avant de s’intéresser à l’humain et aux e-RH. Certains proposent des solutions métier dédiées au travail temporaire comme CEGI avec EVOLIA en concurrence avec BesTT pour les agences d’intérim ou TEMPO du groupe Enso. D’autres sont des logiciels multisectoriels comme INFOR, avec sa solution ANAËL TT, proposée dans le Cloud. 

Des VMS (Vendor Management System)

Ces logiciels d’achat sont spécialisés dans la gestion des ressources externes et des prestations externalisées. Leur périmètre est donc plus large que l’intérim puisqu’il englobe toutes les prestations de service de l’entreprise. L’offre des VMS est diversifiée, allant de simples plateformes de dématérialisation à des outils plus complexes.

Destinés aux entreprises utilisatrices, certains VMS sont développés par des ETT traditionnelles (Clic&Staff d’Adecco ou Peopulse de Crit) ou des pure players (Directskills). PIXID, ancien pure player, se diversifie depuis plusieurs années autour de la digitalisation de la gestion des autres types de contrats et des processus de recrutement. D’autres sont proposés par des acteurs généraux comme Fieldglass de SAP.

Des coffres-forts électroniques

Ces solutions de coffres-forts sont à destination des intérimaires en proposant la gestion de leur carrière en contrats courts et missions d’intérim. Coffreo ou Armado offrent ainsi la signature électronique des contrats de travail, des bulletins de paie dématérialisés et une conservation des documents jusqu’à 6 ans après l’âge de la retraite.

Autres acteurs

Enfin, d’autres acteurs se positionnent sur des phases précises de la relation entreprise-intérimaire. Ainsi, Dossier Intérimaire diffuse votre profil à toutes les agences répertoriées quand Alerte Intérim de CleverConnect met en relation rapidement entreprises utilisatrices et intérimaires grâce à une application mobile.

L’œil de PIXID

Le travail temporaire en France est un secteur d’activité très particulier, avec ses propres règles, parfois complexes. PIXID accompagne depuis plus de 15 ans la transformation du marché et gère près d’un tiers des flux intérim de l’hexagone. La révolution digitale du secteur apporte de nombreuses opportunités mais également de la complexité avec l’émergence de nombreux acteurs technologiques. Disposer d’une plateforme, telle que PIXID, centralisée et capable de communiquer avec d’autres outils devient alors primordiale pour simplifier son activité au quotidien.

Découvrir notre logiciel de gestion intérim

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin