Tout savoir sur les coefficients d’intérim, entre gestion et délégation

La facture d’une agence d’intérim n’est pas toujours simple à comprendre, car un contrat d’intérim induit une relation tripartite entre l’ETT, l’entreprise utilisatrice et l’intérimaire. Si vous avez ponctuellement ou régulièrement des besoins de renfort, vous avez sans doute déjà épluché les factures envoyées par l’ETT.

Christophe Corriol

Responsable Commercial Offres Intérim

Sur celles-ci, on y retrouve toujours une mention appelée coefficient intérim ou coefficient de facturation. Une manière pour l’agence de facturer sa prestation à l’entreprise utilisatrice, mais qui revêt quelques subtilités à connaître.

Le coefficient de facturation : retour aux fondamentaux

Ce coefficient multiplicateur du taux de rémunération de l’intérimaire couvre d’une part l’ensemble des charges que l’agence d’intérim en tant qu’employeur aura à assumer ainsi que ses coûts de gestion et les éventuels coûts additionnels liés à la recherche des candidats. Lorsqu’une entreprise de travail temporaire (ETT) trouve le bon profil à une entreprise utilisatrice, les deux organisations concluent un contrat de mise à disposition qui précise la durée de la mission, l’intitulé du poste, les compétences requises ou encore le montant du salaire. En la matière, plus un profil est difficile à trouver, plus la part liée à la prestation de recrutement dans le coût global de la prestation sera élevée. C’est d’ailleurs pour cela que l’on retrouve plusieurs types de coefficients proposés par une même agence, même client et même qualification.

Par exemple, à partir d’un coefficient de 1,75, une grande partie couvre la rémunération de l’intérimaire, les charges afférentes, l’indemnité de fin de mission et la prime de précarité. La différence servira donc à rémunérer l’ETT pour ne pas vendre à perte.

gerer-bleu

Notre solution gestion de l’intérim :

Gagnez en productivité et limitez les risques juridiques avec PIXID, solution n°1 en Europe.
gerer-bleu

Notre solution gestion de l’intérim :

Gagnez en productivité et limitez les risques juridiques avec PIXID, solution n°1 en Europe.

Le coefficient de délégation

Il s’agit du coefficient qui est appliqué dans le cas où l’ETT assume intégralement le travail de recherche, de qualification et de mise à disposition des talents à l’entreprise utilisatrice. Une démarche en plusieurs étapes :

  • L’entreprise a besoin de main-d’œuvre, mais n’a aucun contact ou personne qualifiée ou disponible dans son vivier.
  • Elle contacte une ETT pour lui confier le recrutement d’un profil qualifié.
  • L’ETT recherche, examine et propose plusieurs profils susceptibles de répondre au besoin de l’entreprise utilisatrice.
  • Cette dernière valide une candidature. L’ETT, qui est l’employeur, se charge de toute la partie administrative liée à son embauche et à sa rémunération.

Parce que le travail est plus long et complexe pour l’ETT, le coefficient de facturation est plus élevé.

Pour un même profil, et une même rémunération, le coefficient peut varier de 2, 4 voire 10 points pour couvrir les frais de recherche de l’ETT sur un coefficient de délégation.

Le coefficient de gestion

C’est le coefficient qui est appliqué dans le cas où l’entreprise utilisatrice fournit le talent à l’ETT.

Le travail lié aux frais de recherche n’y figure pas, mais l’ETT encadre intégralement la gestion administrative du candidat et en est responsable en tant qu’employeur par la suite :

  • L’entreprise a besoin de main-d’œuvre et a déjà trouvé son futur intérimaire.
  • Elle contacte une ETT pour lui confier la gestion administrative du contrat d’intérim.
  • L’ETT devient employeur et se charge de toute la partie administrative liée à son embauche.

Par rapport à la délégation, le travail est moindre pour l’ETT, ce qui explique que le coefficient de gestion soit plus limité.

Le coefficient de bascule

Le coefficient de bascule, que l’on peut aussi appeler coefficient de dégressivité, correspond au passage du coefficient de délégation au coefficient de gestion pour un même intérimaire que ce soit en cours de mission ou pour les missions à venir. Une fois que le surcoût lié à la prestation de recherche et recrutement par l’ETT a été absorbé, l’intérimaire peut alors être considéré comme un profil en vivier et donc facturé au coefficient de gestion ou à un niveau inférieur à celui de délégation.

Or, il y a autant de règles de bascule qu’il y a d’ETT. Pour les entreprises, il permet de négocier ces coûts à la baisse et d’optimiser sa facture. Selon les accords et négociations, et aussi la difficulté à recruter et fidéliser ce type de profil, cette bascule peut intervenir après une certaine période de temps (souvent 2 à 4 mois après le premier jour de travail).

 

 

L’œil de PIXID

dans votre plateforme digitale, vous pouvez gérer les parts de marché et donner clairement de la visibilité sur le volume des contrats. Grâce à un outil de reporting efficace, il est possible d’extraire les données pertinentes, de les analyser et de les partager avec ses fournisseurs. Une plateforme professionnelle permet aussi d’ajouter jusqu’à 4 coefficients par qualification avec une gestion automatique de bascule selon les accords négociés avec les agences partenaires.

Découvrir notre logiciel de gestion intérim

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin