Qu’est-ce qu’un contrat intérim / de travail temporaire ?

Proposer une mission en intérim ? Gérer des pics d’activité avec flexibilité ? Adapter ses RH à son chiffre d’affaires ? Les entreprises ont besoin d’agilité, en particulier dans le monde actuel où les crises sanitaires et économiques s’enchaînent. L’intérim offre des solutions pertinentes pour la majorité des secteurs d’activité, à condition d’en maîtriser toutes les spécificités.

Jérôme Mouret

Directeur Stratégique des Offres et Marketing

Concrètement, le contrat intérim consiste à mettre à disposition d’une entreprise un collaborateur pour une mission déterminée et à durée limitée par le biais d’une entreprise de travail temporaire. En réalité, deux contrats sont signés autour de 3 acteurs, un contrat de mission et un contrat de mise à disposition. Détaillons toutes les subtilités cachées derrière le contrat de travail temporaire. 

Le contrat intérim / de travail temporaire : 3 acteurs et 2 contrats

Également appelé contrat de travail temporaire, l’intérim répond à un besoin précis et limité dans le temps d’une entreprise. En aucun cas, il n’a pour effet de pourvoir durablement à un emploi lié à l’activité normale de l’entreprise.

Ainsi les principaux cas de recours à l’intérim sont :

  • remplacement d’un salarié absent (sauf s’il est gréviste) ;
  • remplacement du salarié quittant l’entreprise (dans l’attente de son successeur ou dans l’attente de la suppression définitive du poste) ;
  • suppression d’un poste (entre le départ du salarié et la suppression définitive du poste) ;
  • accroissement temporaire d’activité de l’entreprise ;
  • emplois saisonniers.

Savez-vous ce que représente le secteur de l’intérim en France ? D’après l’INSEE, l’intérim génère un chiffre d’affaires de 31,4 milliards d’euros en 2017, particulièrement dans le secteur de l’industrie et du tertiaire et emploie près de 700 000 personnes (source : INSEE, publication du 22 octobre 2019).

 

Le contrat de mise à disposition

Un contrat de mise à disposition est conclu entre l’entreprise de travail temporaire (ETT) et l’entreprise utilisatrice (EU). Ce contrat comporte des mentions obligatoires telles que :

  • le motif du recours ;
  • la justification (déclinaison du motif du côté de l’entreprise utilisatrice : par exemple, quel est le salarié absent et quelles sont les raisons de son absence) ;
  • la durée ou le terme de la mission ;
  • la qualification professionnelle tenue durant la mission ;
  • les caractéristiques essentielles du poste, ainsi que le lieu et les horaires de travail ;
  • les équipements de protection individuelle obligatoires ;
  • le montant du salaire perçu par un salarié de qualification équivalente avec tous les accessoires (primes, avantages en nature, gratifications, remboursement de frais, etc. ). C’est indispensable pour vérifier que l’égalité de traitement est respectée ;
  • le montant facturé à l’entreprise utilisatrice (avec application du coefficient de délégation ou du coefficient de gestion) ;
  • la garantie financière délivrée à l’ETT ;
  • la durée de la période d’essai que l’entreprise utilisatrice peut choisir d’activer.

Le contrat de mission

Un contrat de mission est conclu entre l’ETT et l’intérimaire. Il reprend les informations du contrat de mise à disposition et les complète par :

  • les modalités de rémunération ;
  • la durée de la période d’essai éventuelle ;
  • les informations relatives au rattachement à une caisse complémentaire de retraite et de prévoyance.

Ce contrat doit être signé au plus tard deux jours après l’arrivée dans l’entreprise utilisatrice. Concrètement, de plus en plus d’ETT signent des contrats à distance de manière électronique. Efficacité, gain de temps, facilité, conservation, les avantages de la digitalisation sont connus ! 

Combien coûte un contrat intérim / de travail temporaire ?

Une mission en intérim permet à l’entreprise utilisatrice un gain en trésorerie. En effet, elle paie à échéance de facture son fournisseur, l’ETT, alors qu’elle paie chaque mois ses salariés à date fixe.

La facturation des missions d’intérim est complexe et souvent source d’erreurs. Le principe de base du calcul se définit ainsi : rémunération de base du salarié multipliée par le coefficient de facturation établi entre l’EU et l’ETT, à laquelle s’ajoutent les éléments variables de salaire (indemnités kilométriques, repas, primes diverses), les différents composants de rémunération doivent suivre les règles de paie de l’entreprise utilisatrice.

Ainsi, chaque entreprise a ses propres règles : quand l’entreprise A paie l’indemnité repas dès 4 heures de travail dans la journée, l’entreprise B la déclenche dès la première heure. Multipliez cela par tous les éléments variables du salaire et vous comprenez que c’est un enjeu majeur de réussir à facturer et à payer correctement chaque mission.  

gerer-bleu

Notre solution gestion de l’intérim :

Gagnez en productivité et limitez les risques juridiques avec PIXID, solution n°1 en Europe.
gerer-bleu

Notre solution gestion de l’intérim :

Gagnez en productivité et limitez les risques juridiques avec PIXID, solution n°1 en Europe.

Les principes du contrat intérim / de travail temporaire

Avant de signer un contrat intérim, certaines notions essentielles sont à maîtriser :

L’égalité de traitement

Tout intérimaire a les mêmes droits qu’un salarié de l’entreprise. Cela vaut pour les droits individuels et les droits collectifs. Ainsi, il perçoit la même rémunération qu’un salarié de qualification équivalente ainsi que tous les avantages et primes attachés. Il dispose également du même droit à l’information (notamment en cas de poste en CDI à pourvoir).

Mais l’égalité se poursuit jusque dans l’exercice quotidien de la mission : transport, douches, vestiaires, travail de nuit, repos hebdomadaire, sécurité et hygiène, durée du travail, restauration, etc.

La durée du contrat

Le contrat a une durée comprise entre un jour et 18 ou 24 mois selon les cas de recours, voire plus en cas de CDI Intérimaire ou accord de branche spécifique.

Deux renouvellements sont possibles. Dans la majorité des cas, une période de souplesse permet d’aménager le terme de la mission. L’entreprise utilisatrice peut alors prolonger ou raccourcir la mission sans avenant. Cette période de souplesse est encadrée par la loi en fonction de la durée initiale du contrat.

La durée de la période d’essai est également définie en fonction de la durée du contrat (2 jours pour un contrat inférieur à 1 mois, 3 jours pour un contrat inférieur à 2 mois, 5 jours pour un contrat plus long).

La rupture anticipée de la mission intérim n’est possible qu’en cas de faute grave ou de force majeure. L’intérimaire peut mettre un terme pendant la période d’essai ou s’il trouve un emploi en CDI (en respectant un préavis).

Les indemnités

Une Indemnité Compensatrice de Congés Payés (ICCP) est versée à hauteur de 10 % de la rémunération brute totale. Cette indemnité est calculée sur la base de 2,5 jours de congés par mois en général.

Une indemnité de fin de mission est également prévue. Son montant est au minimum de 10 % de la rémunération totale brute renouvellement du contrat inclus.

Les mesures COVID-19

Pour conclure, un point sur les mesures dérogatoires spécifiques. Ces mesures viennent en complément des assouplissements mis en place par les ordonnances Travail en 2018-2019 permettant des règles spécifiques par branche d’activité.

Elles sont prévues jusqu’au 31 décembre 2020 (pour l’instant) pour faire face à la crise économique. Ainsi un accord collectif d’entreprise dans l’entreprise utilisatrice peut fixer :

  • un nombre maximal de renouvellements possibles pour un contrat de mission ;
  • une période de carence entre deux contrats ;
  • autoriser le recours à l’intérim dans les cas non prévus par le Code du travail.

Enfin, dernière information : les sanctions ! Attention car tout manquement aux règles est sanctionné par des amendes allant jusqu’à 3 750 € par infraction.

 

 

L’œil de PIXID

Pour assurer la conformité des missions, PIXID offre des solutions digitales simples assurant des contrôles par rapport à la réglementation. Par exemple, chaque contrat est contrôlé sur sa durée maximale, la conformité du motif, le nombre de renouvellements etc.. Enfin, la signature du contrat dans les 48 heures est facilitée par la signature électronique. La relation entre l’entreprise, l’intérimaire et l’ETT devient ainsi plus fluide. 

Découvrir notre logiciel de gestion intérim

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin